Historique

divder img

1927-2018, Mythique Plus Que Jamais

Pourquoi Moulin Rose ?

Construit entièrement sur pilotis, une rivière naturelle le Bequet coule sous l'établissement pour se jeter dans la Seine. On peut apercevoir ce cours d'eau sous les dalles de verres devant le bar.

Clin d'oeil au Moulin Rouge

AU début du siècle dernier, son homologue et néanmoins célèbre dancing parisien « Le Moulin Rouge » était également une salle de bals.

Créé en 1927 par Mr Blainville, Le Moulin Rose a très vite rencontrer un succès populaire, bénéficiant d'un cadre naturel exceptionnel au bord de la Seine. Le Moulin Rose disposait de terrasses, de jardins au bord de l'eau, de barques pour des balades et d'une crêperie. Tous les dimanches un grand bal avec musiciens était proposé, et beaucoup de cérémonies familiales se déroulaient les samedis soirs.

Depuis son ouverture, et jusqu'à encore aujourd'hui, les bals du dimanche après-midi n'ont jamais cesser d'exister… Ils sont l'âme du Moulin Rose.

Une pléiade d'artistes...

Louis Amstrong y joua le temps d'une représentation en 1952, accompagné de l'orchestre Cosy Cole.

Ou encore le célèbre orchestre latino Benny Bennet, la Garde Républicaine mais aussi la revue du Crazy Horse.

Non loin de sa maison secondaire, Jacques Anquetil y venait se distraire.
Son décor a servi a plusieurs tournages de film. En 1952, le film « Casque d'Or » de Jacques Beker avec Simone Signoret, s'est inspiré de l'ambiance et du décor des jardins du Moulin Rose.

Il accueillait divers mariages et cérémonies, en plus de son activité de dancing jusque dans les années 90.

Et si on allait danser à Saint A'

A cette époque Saint Adrien, hameau rattaché à Belbeuf était un pôle de loisirs exceptionnel: dancing, guingettes, restaurants, hôtels et mini-golf animaient ce bourg d'une centaine d'habitants.
On y trouvait même la plage du Moulin Rose avec ses pédalos au bord de la Seine.
Chaque week end des centaines de personnes se rendaient à Saint Adrien d'où l'expression « On va danser à Saint A' ».

X